Pêcher le Brochet

Le brochet est un poisson mythique, l’un de ces poissons que chacun rêve de prendre lorsque pêcheur débutant, il plonge pour la première fois sa ligne dans l’eau.

La taille du poisson, son élégance, sa ruse, son côté lunatique, ont participé à forger cette image d’un seigneur des profondeurs que tout bon pêcheur doit avoir capturé un jour. La technique du poisson mort manié est certainement la plus appropriée pour mettre toutes les chances de son côté.

La pêche au poisson mort manié et ses variantes

Durant les mois d'hiver, la technique la plus recommandée et en même temps la plus méconnue est sans doute la pêche au poisson mort manié. Comme le lancer au leurres, elle permet de battre du terrain et d'augmenter ainsi ses chances de réussite. Technique ambulatoire, elle donnera au pêcheur l'accasion de se réchauffer en marchant le long de la rivière, autour d'un lac ou d'un étang. Le rendement des prises est élevé du fait de l'utilisation de vrais petits poissons. Elle est promise à un bel avenir.

Pêche plutôt hivernale, elle concerne en priorité les carnassiers. Ils sont en effet les seuls poissons de sport que l’on puisse pêcher en cette saison, et même pour ainsi dire les seuls poissons tout court, les blancs ayant trouvé leur hivernage et s’étant envasés, et les salmonidés étant interdits (les rivières de première catégorie sont fermées). Juste retour des choses de la nature, il ne reste plus au brave pêcheur que les carnassiers à se mettre… sous la dent. Le sandre, le brochet et la perche sont les premiers visés, le black-bass ayant regagné les profondeurs pour, lui-aussi, hiberner.

Le matériel dédié au brochet

  • Les cannes : On sait la force que peut déployer un carnassier ; il faut donc une canne puissante qui constituera un levier suffisant pour ce genre de poisson. On optera donc pour une forte canne d’au moins 2,80 m. En bateau (car il est possible de l’utiliser), on pourra se contenter d’une canne de 2,50m. Dans les deux cas, son action ne devra pas être raide, car l’animation du poisson mort reste essentielle ‘dans une moindre mesure pour le brochet que pour le sandre).
  • Le moulinet : Il doit être solide et possède un bon frein progressif. La vitesse de récupération n’a pas besoin d’être très élevée.
  • Le fil : Les fils fluorescents s’imposent. Eux seuls permettent en effet une bonne visualisation de la ligne et donc du travail imprimé sur le poisson mort. Il faut choisir un diamètre entre 26/100 pour les endroits dégagés, et jusqu’à 35/100 pour les cas les plus difficiles.
  • Les montures :  Il n’existe pas de monture absolue. Le brochet n’est pas un poisson bien exigeant. Le plus important est de ne pas trop plomber, le poisson mort doit en effet planer lentement et surtout ne pas couler vers le fond. Le brochet apprécie plus les proies nageant au-dessus de sa tête. Nous vous recommandons d’employer cependant les montures nageués, particulièrement bien adaptées à cett technique. Il est à noter que la loi interdit d’utiliser plus de deux hameçons. Il faut qu’ils soient bien répartis sur le poissonnet, un en tête, l’autre en queue.

Comment bien pêcher le brochet ?

IL faut toujours faire des lancers en éventail, d’abord par des petits jets, puis par des jets de plus en plus longs. Faites varier la hauteur de récupération. Insistez particulièrement aux abords des herbiers ou des obstacles. Dès que votre poisson mort est entré en contact avec la surface, fermez le pick-up de votre moulinet, et contrôlez légèrement la descente. Au moindre signe suspect, ferrez d’une manière ample. Un brochet peut avoir saisi votre poisson pendant la descente sans que vous n’ayez rien senti. C’est plus fréquent qu’on ne le croit. Commencez par récupérer avant que votre poisson ne touche le fond. Ramenez lentement, par de longues tirées, deux ou trois, puis laissez de nouveau votre leurre couler, en contrôlant sa chute grâce à votre pointe de scion. Ne quittez pas la ligne des yeux ! Entre chaque manoeuvre, récupérez l’excédent de bannière, mais faites attention de ne jamais tendre le nylon. La touche est parfois brutale, mais parfois elle n’est qu’un simple arrêt ou un déplacement latéral très léger. Soyez attentif pour déceler le plus petit signe.