Les Pêches a la posée

Les pêche à la posée (ou au posé) ont un caractère passif qui ne doit pas être confondu avec de l’inactivité, car c’est l’une des techniques qui demandent le plus d’attention de la part du pêcheur qui engage une véritable course de lenteur avec des poissons d’un extrême méfiance. La patience et la capacité d’observation sont ici des qualités primordiales, qui permettront de prendre un très large éventail d’espèces, allant du brochet à la truite, en passant par le gardon, le sandre et l’anguille pour ne citer que quelques-uns d’entre-eux.

Une pêche statique

Ce sont des pêches statiques, pratiquées par ceux qui aiment prendre leur temps, et qui hésitent à se déplacer. Le pêcheur ne reste pas pour autant au même poste toute la journée. Elles se pratiquent avec une canne à anneaux ou à lancer reposant sur des supports, d'où le nom de pêche à la posée. Le pêcheur surveille un éventuel départ grâce à un flotteur, ou un repère mis sur le fil dans le cas d'une pêche à la posée à fond.
La pêche à la posée à fond, est une technique que l’on peut comparer à la pêche à l’anglaise et à la pêche au coup. Cependant, à l’anglaise tenue à la main, le pêcheur a une attitude active (tenue de la canne, action des coulées et des relâchés). Le pêcheur à la posée a une attitude passive ; il attend patiemment le démarrage pour ensuite s’occuper du ferrage. C’est une technique d’attente qui permet de pêcher des poissons de fond, des « fouisseurs », en allant les chercher là où ils se trouvent, c’est à dire dans les trous. Elle convient aussi pour des poissons méfiants, qui ont besoin de temps pour prendre l’esche.

La pêche à la posée et ses variantes

La pêche à la posée des carnassiers se pratique avec des esches vivantes (poissons, mais aussi écrevisses, têtards, grenouilles) d’où son autre appellation de pêche au vif.

La pêche à la posée se pratique dans tous les styles d’eau à l’exception des torrents.  Les carnassiers comme le brochet, le sandre, le silure, se trouvent dans les rivières à eau courante ou dans les étangs. Ces poissons apprécient les postes encombrés d’arbres couchés et de nénuphars. La période de pêche à la posée pour les carnassiers est assez longue. Elle commence avec le brochet, vers Pâques, et se finit bien après la tombée des feuilles mortes, au moment des gelées persistantes. Les poissons fouisseurs, la carpte et la tanche en particulier, sont à pêcher dans les eaux calmes ou mortes, comme le bord des étangs, le long des couloirs bordés de roseaux, de nénuphars. La saison de pêche est beaucoup plus courte que pour les carnassiers. il faut, en effet, attendre 16 à 17°C pour la tanche, 18 à 20°C pour la carpe. On ne peut donc pêcher ces poissons que pendant le printemps et l’été, sous réserve que les eaux atteignent des températures minimales.

Ces poissons peuvent aussi se pêcher dans des rivières de plaine, à courant lent, sur fonds limoneux, vaseux où l’eau est assez chaude. Il faut noter qu’ils ne sont pas toujours à la même hauteur d’eau. Cela varie  selon les endroits, la température de l’eau, le type de courant, la période de l’année. Le brochet se cherche à différentes hauteurs, plus l’eau est chaude et moins il y a de courant, plus il se trouvera près de la surface? Lorsque l’eau refroidit, il redescend vers le fond. En hiver, le brochet restera dans les trous, là où l’eau est la plus chaude. Pour la carpe et la tache, la hauteur d’eau varie selon l’heure de la journée. Elles seront entre deux eaux le matin et tard le soir. Il n’est pas rare, le soir, de voir remonter une carpe à la surface, on dit alors qu’elle se baigne. Il est nécessaire, avant de commencer votre partie de pêche de vous promener le long de la berge pour déceler la moindre activité qui trahirait la présence d’un de ces poissons. Il existe de nombreux signes visibles pour déterminer les postes et les zones de chasse. Il est facile de distinguer quel poisson nage sous la surface grâce aux bulles ou bouillons.

De longues lignes sinueuses, dérivant lentement en zigzag, indiquent la présence d’anguilles (carnassier). Elles sont en général plusieurs. 

Des bulles légères et régulières trahissent la présence de grosses brèmes qui fouillent le fond. De grosses bulles en bouillons, suivies aussitôt de bulles plus petites et moins denses, de place en place, annoncent une carpe.

La tanche se repère par un signal sonore identique au bruit d’un baiser. Ce bruit est dû à l’aspiration de la tanche en surface. Souvent en fin d’après midi, on entend  sous les nénuphars des bruits de bisous.

On repère les carnassiers par un autre signe : la chasse. 

Si un poisson saute plusieurs fois dans des directions opposées, il s’agit d’une perche. En effet, elle chasse à courre, un seul poisson à la fois.

Une gerbe de poissons en une ou plusieurs fois dans la même direction, révèle la présence du sandre ou plutôt des sandres puisqu’ils chassent toujours en bande et tous dans le même sens. Une gerbe de poissonnets, dans toutes les directions, indique la chasse du brochet dans un banc de gardons ou autres poissons-fourrages.